Perturbateurs endocriniens : listes mises en ligne

Promesse tenue: Le gouvernement français a rendu publique cet été deux longues listes non-exhaustives de produits suspectés d’être des perturbateurs endocriniens et qui sont disponibles sur le marché. .  Environ 1000 biocides (insecticides répulsives, traitements du bois, produits vétérinaires) et 600 pesticides y figurent.

Les perturbateurs endocriniens sont des produits chimiques qui sont susceptibles à déséquilibrer le système hormonal selon dosage, et peuvent provoquer des tumeurs cancérigènes, des défauts à la naissance et d’autres déséquilibres développementaux.

Le 4 juillet les pays de l’Union Européenne se sont mis d’accord sur la définition des perturbateurs endocriniens présents dans les pesticides, accord que le Ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot salue.  Au même temps, M. Hulot a prononcé qu’au niveau national il y aura des mesures supplémentaires : la disponibilité en ligne de ces 2 listes fait partie de ces mesures.

produits phyto-sanitaires pour le jardin; gare aux perturbateurs endocriniens.

Cependant il est à noter que ces deux listes mises en ligne ne sont que provisoires.  Elles sont basées sur les critères fixés par la Commission Européenne en juin 2016.  La Commission travaille actuellement vers une nouvelle définition, révisée, des perturbateurs endocriniens.  Entretemps, la France prend ses propres initiatives.

L’UIPP/Union des Industries de la Protection des Plantes qui représente l’industrie des pesticides critique cette publication en ligne du gouvernement, la qualifiant de ‘prématurée, accusant le gouvernement de ne pas respecter le processus du la Commission européenne.

Le NGO Generations-Futures a salué la publication tout en prévenant que la liste n’est que provisoire, et réclame qu’au moins 40 pesticides soient retirés immédiatement du marché.

La Commission européenne doit décider non seulement de la définition des nouvelles critères des perturbateurs endocriniens ; elle doit aussi décider sur lesquelles de ces substances devraient être interdites ou restreintes, et se prononcer sur les niveaux toxiques à respecter.

Entretemps chaque pays membre de l’Union européenne peut, tout comme la France, prendre des mesures au niveau national.

Voir aussi :

Le Bisphénol A reconnu à l’unanimité comme un perturbateur endocrinien par l’ECHA

Perturbateurs endocriniens : apprendre à les reconnaître

Perturbateurs endocriniens : embrouille

2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *