L'Angélique et l'Archange

Un guerrier à moitié fou appelé Thorgeir et son frère le poète Thormod, se promenaient dans les montagnes islandaises en quête d’angélique, une plante pour faire leurs soupes, leurs salades et leurs remèdes médicinaux. À l’endroit connu aujourd’hui sous le nom de «rebord de Thorgeir» près de Hornstrandir, dans les Fjords occidentaux, là où elle était particulièrement abondante, Thorgeir perdit pied sur une roche ameublie et glissa dans le vide.

Hornstrandir, where Thorsgeir clung onto the angelica roots so as not to fall. Courtesy: Islande24
Hornstrandir, où Thorsgeir a du s’accrocher des racines d’angélique pour ne pas tomber. Photo Courtesy: Islande24

Son frère ne s’en rendit pas compte, et continua son chemin vers la montagne. Selon la légende, la chute de Thorgeir du haut de cette falaise l’aurait tué s’il ne s’était accroché à un bouquet d’angéliques aux racines bien ancrées. Ainsi, lorsque Thormod s’aperçut que son frère n’était plus à ses côtés, il rebroussa chemin et le sauva.

Cette histoire trouve ses origines dans la saga islandaise des Fier-à-bras ” la saga Fóstbrbrœđa” qui date du 11e siècle.

En effet, comme pour Thorgeir, l’angélique, avec ses racines robustes et riches, sa tige juteuse, bien sucrée et ses feuilles délicieuses, était considérée comme planche de salut, durant les siècles de famine et de maladie en Islande. Elle est encore consommée aujourd’hui en tant que médicament, tisane et nourriture.

angelica-archangelica in Iceland (Mount Hekla in the background)
angelica-archangelica en Islande (Mount Hekla derrière)

L’angélique a également été considérée comme un aphrodisiaque — nous le verrons plus loin.

Les premières références concernant l’utilisation de la plante se trouvent dans les sagas islandaises et dans les anciennes lois dites «Grágás», rédigées au 12e siècle. Ainsi, on connaissait les propriétés de l’angélique bien avant que l’Islande ne tombe sous la souveraineté norvégienne en 1262. Les «Grágás» déclarent illégal, entre autres, le vol de l’angélique et de la mousse islandaise.

Iceland's Grey Goose Laws - Gragas, so-named for the grey goose quills used to record them or the skin in which they were wrapped. They date between 980-1260 and offer an insight into social and economic activites in Iceland
Les lois islandaises dites ‘Grey Goose Laws’ (lois de l’Oie grise) – elles étaient écrites avec une plume d’oie grise. Elles datent d’entre 980-1260.

Il est intéressant de noter que le mot «Grágás» se traduit par «l’oie grise» car les lois, selon certains experts, étaient écrites avec une plume d’oie grise ; d’autres disent que ce fut car ces lois étaient souvent reliées avec la peau d’oie.

La richesse des habitants de l’île fut estimée par la quantité d’angéliques que chacun avait sur sa propriété.

Dans un livre de grammaire latine, datant de l’année 1000, l’angélique était déjà mentionnée; l’on dit que des moines ayant navigué vers le Grand Nord à cette époque en auraient entendu parler. Au 14e siècle, un Compendium médical Alexander Hispanus prônait les vertus de sa racine pour la santé. Plus tard, en 1576, le terme «archangelica» apparut dans un traité botanique de l’herboriste espagnol Matthias de L’Obel.   Depuis, le nom angelica archangelica (archangélique) est resté.

Dans les années 1660, la plante servait de traitement pour les personnes atteintes de la Peste bubonique. Certains disent que ce fut à cette époque que le terme archangelica apparut après qu’un moine eut revendiqué que dans un rêve il avait été «visité» par un archange (certains disent l’archange Michel, d’autres l’archange Raphael) et que celui-ci l’avait exhorté d’utiliser l’angélique comme un remède pour la Peste. La ruée qui a suivi pour obtenir cette plante, en Europe, a été bien documentée.

L’angélique a été, en même temps que la mousse islandaise (voir  Feast and Famine, Icelandic Moss) une planche de salut pendant la grande famine dite «The Haze» du 18e siècle.* Cette famine désastreuse, provoquée par les éruptions volcaniques de février 1783 dans le nord de l’Islande et appelées les Feux de Laki, a par la suite sévit en Europe à cause de la pollution que les éruptions ont engendrée. Elle s’est répandue sur tout l’hémisphère Nord causant, entre autres, des phénomènes météo extrêmes. La destruction des récoltes et la famine qui suivit aurait contribué, selon les historiens,  à mener le peuple français à la révolution de 1789.

The "Laki eruptions" of 1783 changed history and caused the Haze famine. The Haze went on to cover vast swathes of norther Europe disrupting food sources and creating havok with the environment.
Les éruptions volcanique dites “Laki eruptions” de 1783 ont changé l’histoire, étant responsables pour la famine dite ‘Haze Famine’ qui a sévit dans toute l’hémisphère nord et qui aurait mener le peuple français à la Révolution de 1789.

Au 18e siècle, puisque les céréales ne poussaient pas facilement en Islande, en raison du climat hostile, les botanistes ont encouragé la culture de l’angélique pour la consommation. Aujourd’hui encore, autour des ruines de vieilles maisons, on peut voir les touffes de cette plante robuste dont les racines ont survécu des siècles. J’étais récemment au sommet du cratère Grabrok, près de Borgarnes, d’où l’on peut voir les ruines d’une ou plusieurs fermes entourées de ces touffes abondantes.

Son nom :
L’angélique, avec sa petite fleur en forme de dôme verdâtre, est indigène à l’Islande et s’y trouve partout. Elle appartient à la famille appelée Apiaceae. L’espèce la plus nutritive est angelica archangelica, également connue sous le nom oficinalis angelica; elle est une sous-espèce de la vraie angélique. Il ne faut pas la confondre avec l’autre sous-espèce angelica litoralis qui a un goût amer et qui n’est pas considérée comme comestible. Angelica archangelica a deux fois plus de sucre que la variété sauvage. Pourtant, comme nous l’avons vu avec Thorgeir elle est très robuste : grâce à ces racines bien ancrées, elle a survécu à la période glaciaire et aux explosions volcaniques sans fin. La tige en bas des feuilles est creuse. La tige principale est vert violacé  et peut atteindre deux mètres. Elle est fortement aromatique.

Manger, boire et être en bonne santé :
Lorsque les moutons paissent  dans les prés où se trouve de l’angélique, le fort arôme de la plante imprègne la viande, lui donnant une saveur particulière : dégustez de fines tranches d’agneau dans un sandwich de pain au seigle et au lichen, accompagné de feuilles d’angélique. Vous verrez comme c’est bon!

Les feuilles sont utilisées pour garnir les salades, ou cuites comme les épinards. La plante sert aussi pour parfumer les soupes et les pains. Les tiges sucrées sont utilisées dans les desserts ; ajoutées à des fruits confits vous pouvez les mettre dans vos gâteaux.

Dans le passé, les tiges douces du début de l’été ont été mangées fraîches. Comme les ramasseurs de lichen, l’automne venu, les cueilleurs gravissaient les montagnes et creusaient pour extraire les racines bien tenaces de la terre volcanique et les séchaient ensuite, avant de les manger crues avec du poisson et du beurre, ou bouillies dans du lait.

Les graines étaient séchées et consommées. Au 18e siècle, on les faisait tremper et on les stockait dans le vin et le cognac pour servir de médicament. Aujourd’hui, on s’en sert encore pour faire du Bénédictin, de la Chartreuse, du Vermouth…

Comme la mousse, l’angélique était, et restera toujours, un aliment et un médicament bien précieux en Islande.

Elle a aussi servi de teinture (jaune).

Lorsque vous faites le tour de l’Islande, en randonnée, à vélo, en voiture, ou même si tout simplement vous regardez la carte, vous verrez que beaucoup de noms d’endroits commencent par hvanna, ou hvonn : c’est le nom islandais pour l’angélique. Cela démontre à quel point la plante prolifère. (Le mot prend plusieurs variations selon les règles de cette langue difficile, mais la racine du mot peut être reconnue). Prenez par exemple Hvannadalshnukur (littéralement «le pic de la vallée de l’angélique») dans le parc national du Vatnajökull; Hvanngil (gorge dans l’ouest du pays), Hvannstóð (dans l’est)…

Et pourquoi pas comme aphrodisiaque?
En 1950, dans un livre intitulé «La Table et l’amour» (Paris : Clé d’Or, 1950), Curnonsky publia la recette d’un aphrodisiaque appelé eau archiépiscopale. Cet aphrodisiaque contenait de la racine d’angélique et était très demandé à l’époque.

En effet, cette plante est citée parfois dans des histoires amoureuses.  Retournons à nos sagas, cette fois-ci celle du heimskringla-or-the-lives-of-the-norse-kingsy-by-snorre-sturlasonroi Olav, racontée par Snorri Sturluson dans le Heimskringla (je mettrai lien web). Le Roi Olav Tryggvasson, (qui régnait entre 995-1000), offrit un bouquet d’angélique à sa reine. Celle-ci le rejeta, ayant espéré un meilleur cadeau. Sturluson nous interprète cette histoire expliquant que rejeter l’angélique, symbole de fertilité, démontra bien que le mariage du roi Olav battait de l’aile.

Il est intéressant de noter ici que, jusqu’à la fin du 19e siècle, des bouquets d’angéliques figuraient pendant des processions de mariage à Voss en Norvège. L’influence de la Norvège dans l’histoire islandaise étant toujours présente.

Comme son nom l’indique, cette plante a sauvé des vies au cours des siècles et contribue encore à notre bien-être, pas étonnant qu’elle s’appelle Angelica, ou «l’herbe des anges». Elle est aussi considérée comme un antibactérien et peut traiter des problèmes d’estomac et prévenir les ulcères. C’est un antiviral utilisé dans la prévention et le traitement des troubles respiratoires; elle est aussi conseillée pour inhiber la croissance des cellules cancéreuses.

Alors quand vous escaladerez les falaises de l’Islande, particulièrement du côté de Hornstrandir, que vous serez fouetté par les vents qui sifflent et qui tournent en tourbillons pendant que les mouettes crient à haute voix, au-dessus de votre tête, comme pour vous menacer ou vous prévenir d’un danger, rappelez-vous de Thorgeir sauvé par les racines d’angélique, prenez garde où vous mettez les pieds; restez à l’écart du bord de la falaise et rentrez vite dans votre maison chaude et confortable pour vous faire un bon crumble composé de tiges d’angélique, de rhubarbes ou de pommes. C’est délicieux! Et pour ceux qui n’ont pas la dent sucrée, enveloppez votre poisson dans les feuilles d’angélique et cuisez-le lentement. Bon appétit!

* Haze veut dire brume de pollution en anglais.

angelica-tea

angelique

 

 

 

 

One comment on “L'Angélique et l'Archange

  1. I discover with you all the powers of this plant ! This is fantastic !
    Thank you Angela to bring us this knowledge with your trip
    In fact, today, we have to get closer to the nature for our health and energy Mjo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *