Vous pouvez sauver nos pollinisateurs: consultation publique en ligne de l'UE

for insects

La Commission européenne a lancé ce jeudi 11 janvier une consultation publique en ligne appelant les agriculteurs, les scientifiques, les entreprises, les organisations environnementales, les pouvoirs publics et les citoyens à fournir des informations qui aideront à arrêter le déclin des pollinisateurs. La consultation est ouverte jusqu’au 5 avril 2018.

Cliquer ici pour accéder à la questionnaire/consultation en ligne

Cette consultation publique concerne tous les pollinisateurs, y compris les papillons, les abeilles, les syrphes, les chauves-souris et les coléoptères et, dans le cadre de l’Initiative des pollinisateurs de l’UE, fait suite à la révision à mi-parcours du Parlement européen de la stratégie pour la biodiversité 2011-2020 qui exprime de sérieuses inquiétudes quant au déclin des pollinisateurs. Selon l’étude, la valeur des services de pollinisation fournis par les insectes est estimée à 15 milliards d’euros par an.

Karmenu Vella, commissaire chargé de l’environnement, des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré lors du lancement:

“Les scientifiques nous ont avertis d’un déclin marqué des pollinisateurs en Europe. Nous avons une bonne compréhension des raisons du déclin de certains d’entre eux, mais nous manquons de connaissance pour d’autres. Il ne fait aucun doute qu’il est temps d’agir. Si nous ne réagissons pas, nous, tout comme les générations futures, le paierons très cher.”

Les papillons et les abeilles figurent sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature/l’UICN.

Source : IPBES 2016

La Plateforme intergouvernementale scientifique et politique des Nations Unies sur la biodiversité et les services écosystémiques / IPBES a publié en 2016 un rapport indiquant que 9% des espèces d’abeilles et de papillons en Europe sont menacées; les populations sont en déclin : de 37% pour les abeilles et de 31% pour les papillons.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments / EFSA publiera en février une évaluation des risques causés par les pesticides néonicotinoïdes, ce qui contribuera à alimenter le débat.

Selon l’IPBES et signalé par la FAO/l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, une valeur d’entre 235 et 577 milliards de dollars de la production alimentaire mondiale annuelle dépend des contributions directes des pollinisateurs. Selon Sir Robert Watson, vice-président de l’IPBES, «le déclin des pollinisateurs sauvages (surtout les abeilles et les papillons) est principalement dû aux changements dans l’utilisation des terres, aux pratiques agricoles intensives et à l’utilisation de pesticides (néonicotinoïdes), aux espèces exotiques envahissantes, aux maladies et les ravageurs, et au changement climatique. “

Lors du lancement de la publication de la première évaluation mondiale des pollinisateurs, en février 2016 à Kuala Lumpur, le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, a déclaré : «Les défis de développement complexes et intégrés auxquels nous sommes confrontés exigent que les prises de décisions doivent s’appuyer sur de solides données scientifiques et sur les savoirs au niveau régional, national et local.”(mes italiques).

Ainsi tous les citoyens de l’UE – amateurs et professionnels dans l’apiculture, ONGS – tous ceux qui s’inquiètent pour ces pollinisateurs qui luttent pour maintenir nos récoltes, peuvent aider en complétant cette pétition.

Voir aussi:

Abeilles sous surveillance
Elever vos propres abeilles
La Commission européenne veut bannir trois néonicotinoïdes
Les néonicotinoïdes: les ventes en hausse en France, malgré l’interdiction
Néonicotinoïdes bannis en France

Comments: no replies

Join in: leave your comment