Le glyphosate jugé non cancérogène par l’Agence européenne des produits chimiques

stop eating glyphosate

La controverse sur le glyphosate – cette herbicide qu’on répand sur les semences et qu’on met sur nos mauvaises herbes dans nos jardins – continue. Le 15 mars, l’Agence européenne des produits chimiques / l’ECHA a jugé que le glyphosate n’est pas cancérogène. Cette conclusion de l’ECHA suit de nombreux rapports contradictoires d’autres scientifiques, de gouvernements, d’ONG et d’organisations internationales.

Clair?  Il n y a pas de fumée sans feu.

\

L’ECHA reconnaît que le glyphosate cause des lésions oculaires graves et qu’il est toxique pour la vie aquatique, avec des effets durables, mais il ajoute également que le produit n’est pas mutagène ni toxique pour la reproduction… Des ONG telles que Greenpeace, Generations futures et Phyto Victimes – parmi d’autres à l’échelle internationale – ont condamné farouchement cette dernière évaluation de l’ECHA, affirmant que toutes les données disponibles indiquent la nature cancérogène de l’herbicide . Des accusations de conflits d’intérêts ont été portées à l’ECHA (certains membres de l’équipe scientifique de l’ECHA ayant travaillé pour des entreprises chimiques directement ou indirectement). L’expert scientifique de l’EPA aux Etats-Unis mentionnée ci-dessus a averti dans sa lettre que les scientifiques sont susceptibles d’être soudoyés par Monsanto et que les manœuvres politiques devraient être étroitement surveillées. Vous trouverez plus de détails sur ce document litigieux en ligne L’industrie agrochimique a, sans surprise, salué le jugement rendu de l’ECHA. Il convient de noter avec une certaine ironie que le jugement coïncide avec la déclassification ce mois-ci de la correspondance interne de Monsanto – 250 pages – (déclassifiée par le système de justice fédéral des États-Unis) montrant que Monsanto s’inquiétait déjà sérieusement du potentiel mutagène et cancéreux du glysophate en 1997. Voir les rapports dans The New York Times et Le Monde. La France a interdit le glyphosate dans les lieux publics depuis janvier 2017. Les pays de la CE avaient demandé à l’ECHA de mener à bien cette dernière étude car ils avaient un sérieux doute sur la recommandation de l’EFSA en 2016. En Europe, la réhomologation – ou non – du glyphosate a été suspendue jusqu’en décembre 2017, et Ségolène Royale, Ministre l’Environnement, met en pression les pays de la CE pour continuer à refuser l’utilisation du glyphosate. Une pétition européenne circule depuis février 2017 demandant une interdiction européenne du glyphosate et une réglementation stricte pour réduire l’utilisation de pesticides. Vous pouvez le signer ici.


___________________________
Voir aussi: BMJ Global Health, Differences in the carcinogenic evaluation of glyphosate between the International Agency for Research on Cancer (IARC) and the European Food Safety Authority (EFSA)

Comments: no replies

Join in: leave your comment